.

Dimanche 7 juin au siège du Mouvement Démocrate, François Bayrou a déclaré qu 'il prenait "sa part de responsabilité" dans le résultat de son parti :

.

« Le résultat d 'aujourd 'hui est une déception. Il y a eu deux bons résultats électoraux: le maintien de l 'UMP et surtout le grand succès des écologistes. De ce résultat, bien entendu comme président de ce mouvement, je prends ma part de responsabilité. Dans une campagne très dure, je ne suis pas parvenu à faire passer le message auquel j 'étais attaché. J 'ai pensé que l 'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux et les enjeux européens, je n 'ai pas réussi à faire partager ce sentiment. Et je me suis laissé entraîner dans une polémique excessive qui a troublé. 

.

La vie c 'est comme ça, ce sont des succès et des revers; les revers, s 'il faut en tirer les leçons, je le ferai. Maintenant, les problèmes de tous les jours qui n 'ont pas été abordés pendant cette campagne vont revenir. La crise, ce n 'est pas en l 'air, c 'est dans la vie de toutes les familles. D 'ici l 'automne, si les choses ne se redressent pas, les conséquences seront de plus en plus dures et les Français les subiront de plus en plus directement dans leur vie. Ce qui m 'a frappé aussi, c 'est le regard dur que les électeurs portent sur les responsables politiques et leurs organisations. Le résultat en est à la fois une abstention très lourde et le vote écologiste dans une ambiance de grande émotion sur l 'état de la planète. Il y a maintenant deux impératifs: proposer une autre vision de l 'avenir et un autre chemin pour les problèmes concrets de la vie des gens et trouver une autre approche dans le comportement politique. Si cette élection européenne nous y oblige, elle n 'aura pas été inutile ni pour nous ni pour les Français. »

.

.

.

.