La Section MODEM-VITROLLES prend acte de la destitution de Monsieur Jean-Claude DENJEAN et de la nomination quasi concomitante de Monsieur Loïc GACHON au poste de Premier Adjoint de la ville de VITROLLES.

.

Du fait des accords existant au sein de la majorité municipale aux termes desquels le Premier Adjoint doit être membre du Parti Socialiste, le MODEM-VITROLLES n’a pas à juger du bien ou du mal fondé de cette nomination mais regrette qu’une simple considération d’ordre politique prenne le pas sur le bon fonctionnement d’une municipalité qui se doit pourtant d’être au service de tous les vitrollais.

.

En revanche, le MODEM-VITROLLES se déclare inquiet sur les véritables raisons qui ont poussé Monsieur le Maire à procéder à un tel changement.

.

En effet, les explications « officielles » données par ce dernier, évoquant une « rupture de confiance » et une « divergence d’ordre budgétaire » sur les finances de la ville nous semblent peu convaincantes dans la mesure où l’on sait que Monsieur DENJEAN a été en charge des finances de la ville auprès de Monsieur OBINO pendant plus de six ans !

.

Monsieur le Maire n’aurait pas mis six ans pour s’apercevoir qu’il ne partageait pas les points de vue de son adjoint !

.

Là ou les causes réelles de ce changement sont, dès lors, peut-être à rechercher ailleurs…

.

Le MODEM-VITROLLES se déclare par ailleurs, également, très inquiet sur l’avenir de notre ville car, outre le fait que le Premier Adjoint et le Maire ne soient pas tombés d’accord sur le budget de la ville (une différence de 25 millions d’euros les séparant !) nous avons un Maire qui ne parvient pas, dans sa prise de décision, a faire l’unanimité dans sa propre majorité.

En effet, la destitution de Monsieur Jean-Claude DENJEAN n’a été approuvée que par 22 conseillers qui plus est, avec l’appui d’au moins un conseiller d’opposition alors que sa majorité compte officiellement 32 conseillers !

Pire encore, au sein même du groupe socialiste, principal intéressé dans ce changement, quatre élus de ce groupe se sont publiquement désolidarisés de cette décision !

.

Cela témoigne du grand malaise qui règne au sein de la majorité.

.

Cela amène donc le MODEM-VITROLLES à légitimement s’interroger sur la gestion de la ville par cette municipalité durant les quatre prochaines années, dans la mesure où, dès la première année de son existence, des failles apparaissent dans la majorité de Monsieur le Maire.

.

Il est donc clair désormais que cette majorité municipale n’est qu’une majorité de circonstance qui a été spécialement constituée pour les besoins de la cause afin de remporter les dernières échéances électorales, laquelle n’a donc aucun véritable projet digne de ce nom pour VITROLLES et les vitrollais.

.

Dans ces conditions, compte-tenu des éléments qui précédent, le MODEM-VITROLLES tient à indiquer que s’il avait siégé au sein du dernier Conseil Municipal, il se serait abstenu de prendre position sur un faux débat qui n’en est pas un et qui ne fait qu’entacher la réputation de notre ville.

.

Nous terminons par un souhait concernant les élus qui se sont désolidarisés de cette majorité de circonstance.

L’époque de la « chasse aux sorcières » étant terminée depuis fort longtemps, nous souhaitons qu’elle ne s’abatte pas notre ville et que chacun prenne ses responsabilités, à commencer par notre maire en exercice, afin que l’apaisement qu’il a si souvent prôné mais si peu appliqué, en témoigne encore ce malheureux épisode politique, alors que VITROLLES en a grandement besoin, l’emporte au détriment de certaines connivences bassement politiciennes.

José DO NASCIMENTO       /   Jean-Claude MATHON

Président de la section               /  Secrétaire de la section